Entorse de cheville

C'est l'un des traumatismes les plus fréquents ! Chaussure à talon, sol instable ou irrégulier... Il s'agit généralement d'une inversion du pied qui entraîne l'étirement du complexe ligamentaire latéral. Cet étirement peut aller de la simple distension à la rupture, partielle ou totale, des ligaments latéraux de la cheville. On dénombre ainsi 3 stades selon la gravité des lésions.

En stade I, on observe une douleur, un gonflement et une perte de mobilité. Les ligaments sont étendus mais ne présentent pas de déchirure. C'est heureusement le type d'entorse le plus répandu. Mais si l'incident peut paraître banal, il n'est pas forcément sans conséquence ! Qui n'a en effet pas constaté qu'une cheville est ainsi plus souvent sujette à des entorse que l'autre ? Les micro traumatismes s'accumulent et peuvent avoir, à terme, une incidence sur tout le membre inférieur.

Il est donc important de traiter au mieux et le plus rapidement possible une entorse de cheville, même de stade I. Glace et élévation sont les maîtres mots, à appliquer de suite. Le masseur médical peut également intervenir dès les premières heures avec le drainage lymphatique et un bandage multi-couche approprié. Ces mesures permettent de diminuer la tuméfaction et la douleur et de maintenir l'articulation en vue d'une immobilisation relative.

En stade II et III, on parle d'entorse sévère et les recommandations actuelles préconisent une immobilisation stricte par attelle. Il est donc important de consulter son médecin ou de se rendre aux urgences. Le masseur médical interviendra dans un deuxième temps afin de détendre la musculature mise à contribution durant l'immobilisation (membre contro-latéral, dos, épaules lors de l'utilisation de cannes) puis lors du retrait de l'attelle pour éviter qu'une fibrose ne s'installe et redonner un maximum de mobilité et de force à l'articulation.